Feb 7, 2022

L'année fourragère 2021, le point Ravageurs


La géomyse frappe à l'ouest

Des oiseaux moins percutants

Pyrale et sésamie

« Des ravages apparemment moins intenses, mais impossibles à chiffrer »

Chrysomèle, le danger se confirme

 

Catégorie : General
Posté par : admin

La géomyse frappe à l'ouest

Semis et fouisseurs

Les taupins sont restés discrets en 2021. Les larves des coléoptères sont restées enfouies, faute de chaleur. Celles de la géomyse se sont montrées nettement plus nombreuses pour attaquer les plants de maïs. Les larves des mouches à ailes tachetées ont aussi bénéficié de plus d'un mois pour sévir, puisque la fraîcheur du printemps a maintenu les plantes à un stade vulnérable jusqu'à la mi-juin. Moins spectaculaires et intenses que les dégâts des corbeaux, mais plus répandues, les pertes dues à la géomyse justifient que les instituts de recherche développent de nouveaux programmes sur ce ravageur, découvert en 1971, et dont le comportement reste largement méconnu. En 2016, la géomyse avait obligé les agriculteurs à ressemer 5 à 7 000 hectares de maïs. Les moyens de lutte sont en cours de développement.

Des oiseaux moins percutants

Oiseaux

En Bretagne comme dans les autres régions du Nord et du Centre généralement touchées, les attaques ont été moins marquées cette année. Une rémission qu'il est difficile d'apprécier et d'attribuer à l'évolution des populations de corvidés. Les conditions météorologiques pluvieuses engendrent des sols plus collants et moins « propices » au déterrage des grains par les oiseaux que dans les sols secs. L'hypothèse proposée resterait à confirmer. Les moyens de lutte sont toujours aussi peu nombreux et incertains.

Pyrale et sésamie

Les insectes foreurs

La pyrale a été discrète en 2021, en raison de son faible niveau de densité observé après récolte en 2020. Pourtant, les vols de papillons reproducteurs avaient été nombreux et aussi précoces au printemps. Les observateurs émettent l'hypothèse que ce décalage a fait manquer une condition nécessaire à la reproduction, même s'ils ne la connaissent pas. Mais si les maïs ont été épargnés par la pyrale, la sésamie l'aura largement suppléée, notamment dans les départements bas-normands et du nord des Pays de la Loire, où elle confirme la progression de son aire de répartition vers le nord. En cabine, les chauffeurs des ensileuses ont observé un grand nombre de cannes cassées, même si parfois la distinction entre pyrale et sésamie était ignorée. Une confusion qu'il faudra lever afin d'opter pour le bon moyen de lutte.

« Des ravages apparemment moins intenses, mais impossibles à chiffrer »

Jean-Baptiste Thibord, Arvalis

Les ravageurs ont moins fait parler d'eux cette année. Mais il me semble qu'il y a plus de cultures en souffrance que ne le laisse supposer la remontée des données des réseaux d'observation. La géomyse est le ravageur de l'année. La discrétion de la pyrale reste inexpliquée. Nous manquons de données pour faire appel à la modélisation. Nous avons besoin des yeux des agriculteurs et de leurs prestataires.

Chrysomèle, le danger se confirme

Heureusement localisé, le danger de la chrysomèle se confirme en Alsace et Savoie, et se précise en Poitou-Charentes. Face à ce ravageur, la solution est bien souvent le remplacement par une culture alternative, comme le sorgho qui n'est pas touché par ces coléoptères.

Feb 7, 2022
Catégorie : General
Posté par : admin

La géomyse frappe à l'ouest

Des oiseaux moins percutants

Pyrale et sésamie

« Des ravages apparemment moins intenses, mais impossibles à chiffrer »

Chrysomèle, le danger se confirme

 

Feb 7, 2022
Catégorie : General
Posté par : admin

Après trois années consécutives de déficit fourrager, l'abondance de 2021 est un soulagement. « Les silos débordent », constatent les entrepreneurs, du moins ceux dont les clients auront été épargnés par la tempête Aurore...
Chez Arvalis, Michel Moquet et Hugues Chauveau confirment un rendement record qui frôle les 15 tonnes de matière sèche par hectare. Ainsi, même si les surfaces de maïs fourrage sont en baisse significative, la production nationale atteint un sommet avec 195 millions de tonnes de MS.

...

édition 2022 » Contenus » Partenaires